Pourquoi la fatigue peut aussi avoir un lien avec la géobiologie

Définition

Tout d’abord essayons de définir la fatigue (Définition du Dictionnaire LAROUSSE) :

En ce qui nous concerne, la fatigue (état de faiblesse) peut s’exprimer de différentes manières :

  • Fatigue passagère, chronique ou bien permanente
  • Fatigue du corps dite organique peut être due à des problèmes de sommeil (apnées du sommeil par exemple) ou des carences comme le manque de magnésium, de fer, de vitamines
  • Fatigue psychique comme des coups de blues réguliers, lassitude, la dépression, l’épuisement professionnel (Burn out), l’épuisement psychologique, la neurasthénie (fatigue mentale liée au quotidien et au stress).

Les symptômes les plus courants sont :

  • Sensation de fatigue dès le réveil, beaucoup de mal à se lever,
  • Problèmes d’attention, de concentration.
  • Somnolence (au volant par exemple).
  • Manque d’envie, manque de force, le quotidien peut devenir insurmontable.
  • Teint terne, migraines régulières.
  • Vivre de façon mécanique, sans ressentir d’émotions, sans penser.
  • Cynisme, actions auto destructrices.
  • Détachement, sentiment de solitude, sentiment d’inefficacité, ennui fréquent.

La fatigue est très souvent la conséquence de plusieurs facteurs qui peuvent agir ensemble.

L’environnement global est très souvent le déclencheur des situations de fatigue

L’environnement visible :

  • Les habitudes de vie.
  • L’alimentation.
  • La qualité du sommeil.
  • L’environnement professionnel.
  • L’environnement familial (par exemple les familles dysfonctionnelles).

Mais il faut aussi prendre en compte l’environnement invisible :

  • Présences de nuisances naturelles en dessous de notre maison et/ou de notre lieu de travail :
    • Cours d’eau souterrains
    • Failles
    • Cavités
    • Cheminées cosmo telluriques
  • Présence de nuisances technologiques dans notre maison et/ou de notre lieu de travail :
    • Absence ou mauvaise prise de terre
    • Champs électriques
    • Champs magnétiques
    • Exposition trop forte (surtout la nuit) aux ondes électromagnétiques (téléphonie mobile, WIFI, téléphone DECT, four à micro-ondes, …)

La démarche globale pour identifier te type de fatigue et les raisons de cet état de faiblesse (passager, chronique ou bien permanent), passe par l’aide de différents professionnels qui sauront vous accompagner sur les différents types de fatigue (l’aide d’un regard extérieur peut vous aider à définir exactement votre état et vous apporter une aide) :

  • Médecins et médecine complémentaires sur les aspects physiques
  • Psychologues, sophrologues, développement personnel, sur les aspects psychologiques.
  • Mais aussi géobiologue sur les aspects d’environnements invisibles, ce que connaissaient bien nos anciens.

En résumé

La fatigue est principalement physique, psychologique et parfois les deux ensembles

Pour déterminer son niveau de fatigue, il est important de faire intervenir des spécialistes de ce qui se voit (médecins, médecine complémentaire, psychologues, sophrologues, …)

Mais aussi un spécialiste du diagnostic des environnements invisibles : le géobiologue professionnel.

Il pourra ainsi déterminer les solutions à mettre en œuvre pour faire de votre lieu de vie un endroit qui favorise la bonne santé, un sommeil de qualité, une bonne récupération.

Se soigner c’est bien, soigner son lieu de vie et son lieu de travail vous donne encore plus de chances d’aller vers la santé.

Si vous souhaitez approfondir
Interventions géobiologiques Nos formations en Géobiologie

La science et la géobiologie

Science et géobiologie : Où en est-on ?

Comment la science considère la géobiologie ?

L’approche scientifique standard a du mal à considérer l’approche « sensible » comme un vrai outil d’exploration de notre environnement.

Quelques expériences ont été menées à Munich et à Cassel pour tester les capacités des radiesthésistes à détecter l’eau et dont les résultats ne sont pas supérieurs au hasard. 

C’est le mode opératoire lui-même qui est la source de ces résultats : mettre quelqu’un dans un environnement ou on lui enlève toute possibilité d’utiliser sa sensibilité coupe effectivement de la sensation de l’eau.

A contrario aucune étude « terrain » n’a été menée scientifiquement pour vérifier la pertinence de la recherche de points de forages et les résultats obtenus après la réalisation du forage. Un groupe de sourcier en Bretagne obtient un résultat de plus de 95% de réussite à la découverte de l’eau, de sa profondeur et du débit. 

Et c’est bien largement supérieur au hasard.

Physique quantique et Géobiologie

C’est du côté de la physique quantique que l’on trouve le plus de passerelles vers la géobiologie.

Einstein et le mathématicien Elie CARTAN avaient émis l’hypothèse au début du XXe siècle, qu’il existait des courbures de l’espace-temps dues au mouvement angulaire des particules : les champs de torsion. 

Le scientifique Russe Nikolai KOSIREV a émis l’hypothèse que toute forme de vie utilise une énergie invisible de forme spiralée et que tout phénomène physique ou chimique (dont la croissante des plantes, les pensées et émotions humaines) produit un champ de torsion.

Les travaux d’Anatoly AKIMOV ont mis en évidence que tous les objets, du plus petit aux plus grands (de la particule aux galaxies), émettent des informations instantanément grâces aux vortex créés dans le vide.

Gennady SHIPOV a lui développé le modèle mathématique.

Les travaux de Vlail KAZNATCHEEV ont précisé que les champs de torsion qui tournent à gauche (lévogyres) sont défavorables aux processus vivants, alors que ceux qui tournent à droite (dextrogyre) sont eux favorable aux processus vivants.

À noter que l’électricité et les ondes électromagnétiques artificielles créent des champs de torsion gauche (lévogyre).

Enfin Alexandre RUSANOV sépare les champs de torsion statiques émis par la forme spécifique d’un objet (menhir, poteau, pyramide, Etc…), des champs de torsion dynamiques créés par les ondes électromagnétiques et qui ajoute une dimension informationnelle.

Toutes ces recherches rejoignent l’approche du géobiologue qui va chercher les nuisances dans l’environnement de la personne, l’ensemble des phénomènes artificiels (champs de torsion gauche) peut provoquer des troubles du sommeil, un vieillissement prématuré des cellules, perturber notre capacité à rester à l’équilibre de nos fonctions vitales (homéostasie).

L’information transmise par les champs de torsion émis par les cours d’eau souterrains, les zones de failles nous impacte également, c’est pourquoi ils font partie intégrante des recherches faites sur un lieu pour déterminer son niveau de nuisance pour le vivant.

Pour une définition plus complète de la géobiologie, retrouvez l’article Qu’est-ce que la géobiologie ?

Si vous souhaitez approfondir
Interventions géobiologiques Nos formations en Géobiologie

Histoire de la géobiologie

La géobiologie travaille sur les relations entre l’environnement et la santé.

(Pour en retrouver une définition plus complète, voici mon article Qu’est-ce que la géobiologie).

L’histoire de la géobiologie est bien plus vieille qu’il n’y paraît. La relation entre l’environnement et la santé est connue depuis très longtemps, Hyppocrate en parlait déjà 430 ans avant JC :  

« Celui qui veut se perfectionner dans l’art de guérir considérera comment l’endroit est disposé et s’informera du sous-sol, concurremment avec la constitution des êtres vivants. »

(Traité des airs, des eux et des cieux)

On trouve également du côté de la médecine chinoise et dans les écrits de Sun Simiao la même conscience de l’interaction entre le vivant et les lieux (-700 avant JC) :

« Un bon médecin se doit non seulement d’examiner son patient mais aussi son environnement direct et indirect. Nombre de maladies, dont les plus difficiles à soigner sont liés aux perturbations du terrain et de l’habitat. Oublier de considérer ces perturbations est une faute »

(Quian Jin Yao Fang)

Cette analyse de l’habitat et du terrain fait toujours partie de la médecine chinoise au travers du Feng Shui.

Histoire de la géobiologie – L’âge d’or

Jusqu’au XVIIe siècle la géobiologie est un art reconnu, on fait appel à des géobiologues pour des domaines aussi variés et sérieux que l’agriculture, l’industrie minière, la médecine (diagnostic), la justice (le procureur du roi pouvait faire appel à des géobiologues pour résoudre des enquêtes).

La sourcellerie (comme appelée à l’époque) intéresse les érudits, les philosophes, les physiciens, les prêtres, les abbés, etc.

Histoire de la géobiologie – La redécouverte

Fin XIXe – Dr Haviland est le premier médecin à affirmer que la maladie peut être en relation avec les lieux de vie, surtout ceux à l’aplomb d’eau souterraine.

1927 – Pr Arsène d’Arsonval Médecin, biologiste et physicien membre de l’Académie des sciences et de médecine, met en évidence le nombre important de cancers chez les personnes vivant sur une faille géologique souterraine.

1927 – Georges Lakhovsky, ingénieur russe, présente à l’Académie des sciences de Paris une étude à partir de données démographiques, géologiques et statistiques, mettant en évidence un lien entre la nature géologique du sol et les zones à cancers.

1929 – Le Baron Gustav Freiherr von Pohl, effectue en Bavière, la première étude officielle qui établira clairement une corrélation entre les zones de perturbations telluriques et les maisons ou s’était développé un cancer. 

Le Pr Victor Rambaud retentera l’expérience à Marbourg et aboutira aux mêmes conclusions.

1937 – Dr François Peyré, médecin normand est le premier à émettre l’hypothèse qu’un réseau géomagnétique vibratoire parcourt la terre et pourrait interférer avec la santé des êtres vivants

Histoire de la géobiologie – Ernst HARTMANN

 Le plus connu des ces médecins est le Docteur Ernst HARTMANN (1915 – 1992), il est considéré comme le père de la géobiologie moderne :

Médecin militaire et en cabinet, il fera très tôt le constat que certaines maladies « simples » à traiter ne trouvaient, chez quelques patients, aucune solution efficace. Il émet alors l’hypothèse d’une influence externe en lien avec l’environnement. Des suppositions qu’il renforcera par de nombreuses expériences menées au sein de l’hôpital où il travaille.

On lui doit, avec l’aide de son frère, la découverte du réseau d’ondes terrestres dit «de Hartmann ».

« L’homme dans son intégrité corps/esprit et conscience reste en permanente et indissociable interaction avec son environnement.

Sa santé et son bien-être sont étroitement liés à la terre sur laquelle il vit et aux radiations qui en émanent. Une fois que cela aura été clairement compris, une porte s’ouvrira sur une existence plus saine et plus heureuse pour chacun, et les maladies qui le menacent, telle l’épée de Damoclès, diminueront. »

Documents du Forschungskreis, centre de recherche Dr Hartmann

Géobiologie – L’art du bâtisseur

Au-delà de la médecine, l’art des bâtisseurs tenait compte de la qualité du lieu lorsqu’ils construisaient une église ou une cathédrale.

Pour des constructions plus ordinaires, l’observation était essentielle :

« Les Anciens savaient, en effet, repérer ces mauvais terrains où rien ne pousse, et évitaient d’y construire leurs étables, leurs bergeries et leurs habitations. Les Anciens savaient également où trouver l’eau, en observant attentivement la végétation, et en confirmaient leur ressenti avec des baguettes de coudriers. Les Anciens disaient aussi que là où les bêtes refusent de paître ou de se coucher, il ne faut jamais séjourner, encore moins construire sa maison. »

Extrait de « Les guérisseurs de l’habitat », Audrey Mouge, Éditions de la Martinière, 2013.

On peut également citer la pratique courante à l’époque romaine qui consistait à utiliser les services d’un haruspice pour le choix d’un terrain à bâtir, le mode opératoire consistait à réaliser un examen du foie d’un animal (comme un mouton par exemple) que l’on avait au préalable laissé quelques mois sur le terrain où l’on projetait de bâtir.

« Il s’agit donc d’un foie de mouton, précis sur le plan anatomique, gravé sur sa face concave de 40 cases. C’est un aide-mémoire pour un haruspice en action, ou peut-être une sorte de cahier d’école pour jeunes haruspices en formation. » 

Extrait de « Etrusques » de Jean-Paul Thullier, Armand Collin, 2003.

Si l’examen du foie montrait que l’animal était en bonne santé, le projet pouvait voir le jour.

Cette pratique a depuis complètement disparu.

Les règles que nous utilisons aujourd’hui pour construire sont totalement différentes avec beaucoup plus de chances de construire « au mauvais endroit ».

En résumé :

Même si le terme géobiologie est récent, la conscience de la relation entre l’environnement et la santé est très ancienne.

Les travaux de médecins depuis la fin du XIXème siècle et notamment ceux du docteur HARTMANN ont fondé la géobiologie moderne.

La préoccupation majeure d’un géobiologue professionnel est d’analyser l’environnement et de l’ajuster pour qu’il soit favorable à la bonne santé.

Si vous souhaitez approfondir
Interventions géobiologiques Nos formations en Géobiologie

Les fondamentaux la géobiologie ?

Définition de la géobiologie

Le terme géobiologie est assez récent, il est apparu au début du 20ème siècle et la première définition connue est celle de Teihard De Chardin (1881 – 1955) : « Science des rapports, de l’évolution géologique de la terre avec celle de la vie et des organismes vivants » (source : Dictionnaire Le grand Robert).

Qu’est-ce que la géobiologie ? Il s’agit de l’étude de l’impact d’un lieu sur le vivant en tenant compte de toutes ses composantes visibles et invisibles.

Littéralement Géo (la terre), Bio (le vivant) et Logie (étude, connaissance)

A quoi s’intéresse la géobiologie ?

Tout d’abord l’environnement naturel

Pour répondre à la question qu’est-ce que la géobiolgie, nous allons d’abord nous intéresser à l’environnement naturel. La configuration d’un terrain, son orientation, le climat sont autant d’éléments visibles qui vont influencer la vie sur ce lieu et qui sont prise en compte dans une analyse géobiologique.

A cela il faut ajouter ce qui est en dessous de la surface du sol et qui ne se voit pas comme :

  • Les courants d’eau souterrains qui peuvent gêner un bon sommeil.
  • Les changements de matériaux que l’on nomme failles géologiques qui fatiguent 
  • La typologie de sols, favorable ou pas au radon par exemple.

On ajoute également les phénomènes naturels non liés à la géologie :

  • Les cheminées cosmo telluriques qui peuvent augmenter le nombre de cauchemars
  • L’énergie tellurique (énergie qui vient du sol) et ce qui nous arrive du ciel (l’énergie cosmique).
  • La mémoire des sols, des murs et des objets qui sont comparables à un parfum émis en permanence par notre environnement et que l’on n’a pas choisis (voir article sur la mémoire des murs).
  • Les réseaux telluriques présents partout à la surface de la terre et qui vont générer un inconfort sur certaines zones de croisement.
  • Etc…

Et ensuite l’environnement technologique

  • La qualité de la prise de terre.
  • Les émissions de champ électrique et de champ magnétique de notre circuit électrique et de nos appareils (par exemple rebrancher la lampe de chevet dans le bon sens).
  • La tension corporelle induite (elle peut être à l’origine de symptômes inflammatoires).
  • L’exposition aux ondes émises par l’intérieur de notre maison (c’est souvent la plus puissante)
  • L’exposition aux ondes reçues de l’extérieur.
  • La mesure de l’électricité sale va également déterminer votre exposition au bruit de fond électromagnétique dégagé par le circuit électrique.

L’ensemble de ces données va indiquer le niveau de qualité géobiologique de votre environnement :

  • Est-il favorable à maintenir une bonne santé ?
  • Est-il défavorable et va peser au quotidien sur la santé ?

Comment intervient un géobiologue ?

Un géobiologue professionnel à une formation complexe et complémentaire.

Il est avant tout un sourcier et radiesthésiste et un scientifique. Il possède également de solides connaissances en histoire, en architecture et il est spécialiste de la mesure physique (électricité et électromagnétisme).

Toutes ces compétences ont pour seul but de diagnostiquer avec précision l’environnement personnel (maison, appartement) et professionnel au travers d’un diagnostic précis suivi de corrections et préconisation (règles de bonnes pratiques pour l’environnement technologique par exemple).

L’objectif est d’aller mieux !

La démarche est d’apporter des solutions d’abaissement d’exposition aux nuisances naturelles et technologiques qui vont permettre ensuite de suivre les résultats sur les problématiques observées au préalable.

Quelles sont les racines historiques de la géobiologie ?

On peut citer Hippocrate qui en -430 av JC disait déjà « Celui qui veut se perfectionner dans l’art de guérir considérera comment l’endroit est disposé et s’informera du sous-sol, concurremment avec la constitution des êtres vivants » (traité des airs, des eaux et des lieux).

On peut donc considérer par certains aspects qu’Hippocrate raisonnait déjà comme un géobiologue.

Si on s’intéresse à la médecine chinoise, une de leur référence, Sun Simiao (-700 av JC) disait de son côté « Un bon médecin se doit non seulement d’examiner le patient mais également son environnement direct et indirect. Nombre de maladies, dont les plus difficiles à soigner, sont liées aux perturbations du terrain et de l’habitat. Oublier de considérer ces perturbations est une faute. » (Quian Jin Yao fang).On voit donc que le constat de la relation entre la santé et l’environnement ne date pas d’hier. Pour plus d’informations, voir l’article : l’histoire de la géobiologie.

Plus proche de nous, une citation intéressante de Louis Pasteur, « Le meilleur médecin est la nature : elle guérit les trois quarts des maladies et ne dit jamais de mal de ses confrères. »

Ils étaient déjà conscients qu’un environnement sain favorise la bonne santé.

Quelles sont les applications de la géobiologie ?

Elles sont nombreuses :

  • Elle s’applique en tout premier sur l’habitat, ce que l’on appelle la médecine de l’habitat, cela consiste à analyser des lieux de vie (maison, appartement), au travers d’un audit des environnements naturels et technologiques afin d’y apporter des solutions pour abaisser les niveaux d’expositions.
  • Une autre application s’adresse aux exploitations agricoles pour déterminer pourquoi des animaux d’élevage n’ont pas la santé et la production attendue. Elle amène des correctifs pour permettre aux éleveurs de mieux vivre de leur métier.
  • Les viticulteurs font de plus en plus intervenir les géobiologues pour apporter un complément aux démarches bio et biodynamiques, il leur importe de mieux comprendre et agir sur les zones de dégénérescence de la vigne, les zones de mortalité de pieds, la qualité et la quantité de production, améliorer les processus de fermentation en cave, …
  • Dans le domaine immobilier, le géobiologue peut débloquer une situation où le bien à vendre est au bon endroit, au bon prix, mais ne trouve pas preneur.
  • La géobiologie s’intéresse aussi aux lieux sacrés et à l’art des bâtisseurs et va explorer comment nos anciens savaient implanter et dynamiser un lieu. 
  • L’action peut aussi être préventive : implanter correctement un bâtiment d’élevage, implanter correctement des éoliennes pour en minimiser l’impact environnemental. Choisir correctement l’emplacement d’une maison (comme le faisaient nos anciens).
  • Et la liste n’est pas exhaustive…

Quelles sont les problématiques de santé qui peuvent nécessiter l’intervention d’un géobiologue ?

  • Un sommeil perturbé peut être lié à l’environnement, découvrez l’expérience du lit.
  • Toutes les maladies inflammatoires peuvent être amplifiées par le champ électrique
  • La sensation de fatigue permanente
  • Dépression
  • Irritabilité
  • Maux de tête très fréquents
  • Douleurs articulaires ou musculaires tenaces
  • Perturbation du système endocrinien
  • Perturbations du système nerveux
  • Perturbation du système cardiovasculaire
  • Baisse de l’immunité global
  • Dysfonctionnement d’organes, des cellules

En résumé

Votre environnement naturel et technologique n’est pas neutre, il agit sur votre santé.

Pour déterminer son niveau de nocivité, il est important de faire intervenir un spécialiste du diagnostic de ces environnements : le géobiologue professionnel.

Il pourra déterminer les solutions à mettre en œuvre pour faire de votre lieu de vie un endroit qui favorise la bonne santé.

Si vous souhaitez approfondir
Interventions géobiologiques Nos formations en Géobiologie

L’expérience du lit

Changer son lit de place : pourquoi tenter l’expérience ?

Votre sommeil n’est pas de bonne qualité :

  • Vous retardez l’heure à laquelle vous allez vous coucher
  • Réveils fréquents
  • Du mal à vous rendormir
  • Cauchemars à répétition
  • Sensation de se réveiller fatigué
  • Du mal à sortir du lit

Vous avez vu toutes sortes de médecins et thérapeutes et cela ne s’arrange pas.

Et si tous ces symptômes étaient simplement liés à l’emplacement de votre lit, autrement dit l’environnement dans lequel est positionné votre lit.

2 environnements peuvent être à l’œuvre :

L’environnement naturel avec par exemple :

  • La présence de cours d’eau souterrain sous votre lit (perte d’environ 30% de votre énergie)
  • La présence d’une faille géologique sous votre lit (perte d’environ 50% de votre énergie)
  • La présence d’une cheminée cosmo tellurique sur votre lit (perte énergétique variable d’une cheminée à une autre)

Et l’environnement technologique avec par exemple :

  • Votre lampe de chevet branchée à l’envers qui dégage du champ électrique la nuit
  • Votre radio réveil branché sur le secteur est à moins de 70 cm de votre tête
  • Vous rechargez votre téléphone mobile sur votre table de chevet et vous ne le mettez pas en mode avion (ou pire s’il est en charge sous votre oreiller)
  • Vous dormez sur un plancher bois (augmentation du champ électrique)
  • Vous dormez sur un lit électrique branché (forte augmentation du champ électrique)
  • Vous ne coupez pas le WIFI la nuit

Bien évidement vos problèmes de sommeil peuvent être lié à d’autres facteurs, mais si vous observez que vous dormez mieux ailleurs que dans votre chambre, par exemple, vous faites des siestes géniales dans votre canapé ou bien lorsque vous partez de chez vous le sommeil redevient meilleur, faites l’expérience de changer de chambre (si c’est possible bien sûr !), éviter d’aller dans une chambre qui est à l’aplomb de votre chambre actuelle (à l’étage supérieur ou inférieur), vous seriez exposé au même environnement naturel.

Si cette expérience améliore votre qualité de sommeil, vous avez mis en évidence que votre environnement vous pénalise dans votre chambre actuelle, vous venez de découvrir comment les nuisances géobiologiques peuvent vous impacter.

Une des solutions (en dehors de changer de chambre définitivement) est de faire intervenir un géobiologue pour analyser précisément les 2 environnements qui s’expriment dans votre chambre et plus globalement dans votre maison.

L’analyse permettra de mettre en place les solutions qui permettront d’abaisser votre exposition aux nuisances détectée (cours d’eau failles, champ électrique, champ magnétique, ondes, …)

L’objectif de ce type de prestation est d’améliorer entre autres la qualité de votre sommeil, mais également votre bien-être général dans votre logement.

Pour plus de détails sur ce type de prestations : Interventions géobiologiques

Crédits photo : Joseph Greve sur Unsplash

Si vous souhaitez approfondir
Interventions géobiologiques Nos formations en Géobiologie

Compteur Linky : Comment ça marche ?

Le compteur LINKY actuellement déployé par ENEDIS est ce qu’on appelle un compteur communiquant, c’est-à-dire qu’il collecte et envoie des informations à ERDF. Les données principales sont les données de consommation qui étaient collectées sous forme de relevés, soit sur place ou à distance. Certains compteurs avaient déjà cette possibilité.

Mais d’autres données sont également collectées comme le type d’appareils que vous avez chez vous (marque, modèle, fréquence d’utilisation, …) car chaque appareil a une signature reconnaissable. Tout appareil branché chez vous va générer des micro-surtensions.

En résumé, EDF va savoir quel appareil vous utilisez le matin en vous levant : la cafetière, le grille-pain, …

L’utilisation de ces données peut poser un problème comme évoqué dans l’article : « L’indic idéal » du Canard PC Hardware d’avril et mai 2016 :

« Le sujet est suffisamment sensible pour que personne ne l’ait abordé publiquement : La remontée automatique d’information est un formidable outil d’investigation pour les services de police et de gendarmerie. Nul besoin désormais de dépenser des fortunes en personnel pour la surveillance d’un suspect : non seulement ERDF peut savoir exactement quand vous étiez chez vous et quand vous n’y étiez pas mais il peut également renseigner les forces de l’ordre (à 10 minutes près) dès que vous regagnez votre domicile. Ce genre de réquisition exige normalement l’accord d’un juge, mais voilà, depuis l’élargissement très conséquent des pouvoirs de police consécutif à l’état d’urgence, on peut craindre que cette alléchante possibilité ne soit exploitée en masse échappant à tout contrôle. Et ni l’ADEME, ni la CNIL, ni EDRF ne pourront s’y opposer … »

Comment le compteur récupère ces données ? Avec la technologie CPL (Courant Porteur en Ligne) qui désigne une technologie de communication utilisée pour la mise en place d’un réseau informatique sur le réseau électrique d’un logement, d’un bureau, etc. L’informatique et la domotique sont les deux principaux domaines d’application du CPL).

Le compteur LINKY envoie de façon régulière des impulsions CPL sur votre circuit électrique. La technologie employée est du CPL G3 basses fréquences (35 à 90 kHz) et d’une portée de plusieurs kilomètres. Cela n’impacte pas les autres usages du CPL domestique comme la liaison de votre décodeur TV avec votre box internet par exemple). Ces impulsions collectent toutes les infos disponibles sur votre réseau électrique.

Le CPL ne s’arrête pas au compteur et le signal circule donc en amont et en aval du LINKY, sur votre circuit électrique mais aussi sur le réseau global. Il va donc impacter le circuit électrique de votre voisin. Si vous n’avez pas de compteur LINKY chez vous mais que vos voisins l’ont chez eux, vous allez récupérer ces impulsions sur votre réseau.

Comment le compteur LINKY transmet ses informations à EDF ? Via un concentrateur GSM.

« Le signal est transmis via les câbles électriques (en utilisant la technologie des courants porteurs en ligne – CPL) et le concentrateur (situé la plupart du temps dans le poste de distribution) agrège les données d’une grappe de compteurs et les transmet, par GPRS, au système d’information centralisé Linky », précise ERDF.

C’est-à-dire que les données sont envoyées à ERDF via la téléphonie mobile, augmentant du coup le volume d’ondes hyperfréquences déjà bien conséquent lié à l’usage de plus en plus intensif de la téléphonie mobile.

Pour limiter la nuisance, une des solutions techniques consiste à filtrer ces impulsions CPL pour nettoyer votre circuit électrique de ces impulsions, voir l’article : Compteur Linky : Comment réduire les nuisances ?

En conclusion, que retenir ?

Le compteur LINKY envoie des impulsions sur votre circuit électrique, c’est un des facteurs d’électricité sale, ce qui n’est pas anodin d’un point de vue santé.

Il va communiquer via les ondes de téléphonie avec ERDF et alimenter une base de données.

Vous pouvez écrire en recommandé à ERDF si vous souhaitez vous opposer au traitement de vos données personnelles, vous trouverez un modèle de lettre sur le site de la CNIL :

https://www.cnil.fr/fr/modele/courrier/sopposer-au-traitement-de-donnees

Si vous souhaitez approfondir
Interventions géobiologiques Nos formations en Géobiologie

Compteur Linky : Est-ce obligatoire ?

Nous avons vu dans les articles Compteur Linky : Comment ça marche ? et Compteur Linky : Comment réduire les nuisances ? que les compteurs Linky pouvaient être à l’origine de certains maux. Il peut-être donc intéressant de s’intéresser à la législation quant à son installation. Alors, le compteur Linky est-il obligatoire ?

C’est souvent le message relayé par ENEDIS et ses prestataires chargés de l’installation, mais une décision de la Cour d’appel de Bordeaux en date du 17 novembre 2020 indique que l’installation d’un compteur LINKY n’est pas obligatoire : 

« Or, à cet égard, on ne saurait suivre la société Enedis lorsqu’elle affirme l’existence d’une obligation légale pour le consommateur d’accepter la pose d’un compteur LINKY. En effet les textes visés par ENEDIS, à savoir une directive Européenne, une loi et un décret n’imposent en rien cette obligation. » (Cour d’appel de Bordeaux).

C’est une action collective qui a porté la démarche devant les tribunaux.

Est-ce que je peux faire retirer le compteur LINKY ?

Le tribunal judiciaire de Tours a ordonné le 7 décembre 2020 le retrait du compteur Linky posé chez une Tourangelle. Son état de santé a notamment été pris en compte. Celle-ci souffre d’électro-sensibilité et d’une maladie de la thyroïde. Et, certificats médicaux à l’appui, son état semble s’être aggravé depuis la pose du compteur.

Lors de l’audience en référé le 29 septembre dernier, les parties ont notamment argumenté sur la question du lien de causalité. Enedis se base sur les études techniques et sanitaires de l’Agence nationale des fréquences et de l’Agence nationale de sécurité sanitaire. La cliente de Maître Marc Morin, elle, s’appuie sur les conclusions de ses examens médicaux et les certificats établis par son généraliste et le professeur Dominique Belpomme, cancérologue et l’un des premiers à s’être intéressé de près à l’électrohypersensibilité.

Le tribunal a ordonné son retrait pur et simple et son remplacement par un compteur classique. Il est plus facile de refuser l’installation du compteur LINKY que de le faire retirer après coup.

En conclusion, que retenir ?

Le compteur LINKY n’est pas obligatoire et vous pouvez refuser son installation et dans certains cas obtenir son retrait.

Des solutions existent pour traiter un compteur LINKY existant (voir article : Compteur Linky : Comment réduire les nuisances ?).

Si vous souhaitez en apprendre plus sur les nuisances électriques et électromagnétiques, ainsi que comment s’en protéger voici nos ateliers en formations qui vous formerons sur ces sujets :

Formation – Maitriser la géobiologie

Photo par Jon Moore sur Unsplash

Si vous souhaitez approfondir
Interventions géobiologiques Nos formations en Géobiologie

Se connecter avec les esprits de la nature

Si vous souhaitez approfondir
Interventions géobiologiques Nos formations en Géobiologie

Compteur Linky : Comment réduire les nuisances ?

Au-delà de l’utilisation de nos données (voir article Compteur LINKY : Comment ça marche ?), le débat porte également sur le volet sanitaire, est-ce que le compteur LINKY peut impacter notre santé ?

C’est ce que constatent une catégorie de personnes qui émergent dans notre société moderne : les Electro Hyper Sensibles (EHS) qui ressentent un inconfort plus ou moins grand à la suite de l’installation de compteur LINKY (voir article : Est-ce que le compteur LINKY est obligatoire)

L’électro Hyper Sensibilité a longtemps été considérée comme une maladie psychologique. La dernière publication du professeur BELPOMME * nous indique que cette maladie est diagnosticable sur la base de l’analyse de 2 ou 3 biomarqueurs dans le sang, ce qui contredit l’hypothèse souvent relayée que cette maladie est purement psychosomatique.

Nous aurions tous un capital de résistance aux ondes électromagnétiques différent (comme nous avons un capital soleil), une personne peu sensible et avec un fort capital ne sera vraisemblablement pas impactée.

Le compteur LINKY envoi de façon régulière des impulsions CPL sur votre circuit électrique. Nous pouvons mesurer l’impact du CPL sur notre installation électrique avec un appareil de mesure de l’électricité sale. Ce critère n’est pas normalisé en France, mais il est pris en compte par le référentiel privé Allemand, la Biologie de l’habitat qui détermine les limites maximums pour une exposition prolongée au bruit de fond électromagnétique généré par notre circuit électrique.

En cas de dépassement des critères de la Biologie de l’habitat, la solution de filtrage CPL donne de bons résultats, il s’agira de déterminer le type de filtrage à utiliser et la position optimale des filtres (dans le tableau électrique et/ou sur certaines prises bien identifiées)

Comment faire ?

La première démarche consiste à mesurer notre environnement pour poser le diagnostic, cela fait partie intégrante de l’approche du géobiologue (voir lien prestations), c’est le diagnostic qui va déterminer s’il faut mettre en place des solutions de filtration et aussi quel type de solutions :

  • Filtration au compteur
  • Filtration sur certaines prises
  • Filtration sur les 2

L’objectif de ces solutions techniques est d’abaisser votre niveau d’exposition ce qui est un enjeu majeur de santé.

En conclusion que retenir ?

Votre compteur LINKY n’est pas une fatalité, des solutions techniques existent pour traiter une installation existante et c’est la mesure qui va permettre de déterminer la meilleure solution.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur les nuisances électriques et électromagnétiques, ainsi que comment s’en protéger voici nos ateliers en formations qui vous formeront sur ces sujets :

Si vous souhaitez approfondir
Interventions géobiologiques Nos formations en Géobiologie

L’intervention géobiologique : Pourquoi l’entretenir ?

Pourquoi une intervention géobiologique s’entretient ?

Les lieux de vie ou de travail sont des lieux vivants, dans le sens ou un lieu évolue sans cesse.

J’entends souvent des personnes me dire qu’elles ont fait intervenir un géobiologue dans leur maison et que l’intervention date de 5 ans, 10 ans ou plus encore et que pour elles l’intervention est toujours efficace.

Prenons une image, nous sommes des êtres vivants, ce n’est pas parce que je suis allé consulter mon médecin il y a 10 ans que je suis en pleine forme, je vais le voir régulièrement pour des visites de contrôle et ajuster en fonction de ce qu’il va diagnostiquer. 

En Géobiologie, c’est exactement la même chose, même si j’ai confiance dans l’intervention du géobiologue, cela n’exclut pas de vérifier régulièrement les corrections. C’est l’équivalent d’un check up médical. Il convient donc de revoir un lieu de vie une fois par an. 

Par exemple sur une période d’1 an de nombreuses modifications peuvent apparaitre sur un lieu de vie :

  • La famille s’agrandit,
  • Ou au contraire les enfants qui grandissent quittent progressivement la maison,
  • Des travaux d’aménagement ou de décoration sont réalisés,
  • La maison est agrandie,
  • Des pièces changent de destination,
  • De nouveaux appareils sont achetés et mis en service,
  • Des appareils sont remplacés,
  • Les habitants du lieu ont vécu des situations stressantes, (séparation, perte d’emploi, maladie, décès…)
  • L’environnement extérieur peut changer également :
    • Nouvelles antennes de téléphonie : 2G, 3G,4G, 5G … 
    • La mairie fait des travaux de voirie,
    • Des constructions sont réalisées près de chez vous,
    • Etc…

Tous ces changements peuvent affecter les corrections réalisées 1 an plus tôt, il convient alors de vérifier intégralement la maison, l’appartement ou le lieu d’activité professionnelle.

Lorsque la vérification met en évidence des problématiques nouvelles, une mise à jour des corrections est effectuée.

Un lieu de travail obéit aux mêmes problématiques, la fréquence de vérification peut être différente d’un lieu de vie avec une fréquence plus élevée (à déterminer en fonction de l’activité réalisée sur le site).

Photo by Nawartha Nirmal on Unsplash

Si vous souhaitez approfondir
Interventions géobiologiques Nos formations en Géobiologie